La démocratisation des drones volants entraine avec elle, des mesures qui pourraient contraindre les propriétaires à immatriculer leurs appareils afin d’éviter certains abus comme ce fut le cas il y a quelques mois avec le survol interdit de centrales nucléaires ou de villes comme Paris.

Cette plaque d’immatriculation d’un nouveau genre développée actuellement par des chercheurs, serait constituée non pas d’une plaque comme pour les voitures mais d’une série de LED qui s’allumerait dans un ordre unique à l’appareil permettant d’identifier un l’aide d’un smartphone, l’identité du propriétaire du drone.

Même si cette technologie n’est pas encore obligatoire, nul doute qu’elle le deviendra tôt ou tard avec le nombre croissant de vente de drones et de ses abus.